L’immolation du journaliste Abderrazak Zorgui pourrait ne pas être un suicide. Un homme, soupçonné d’avoir mis intentionnellement le feu au défunt, a été arrêté dans la soirée du 25 décembre, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Suite à une décision du juge d’instruction du tribunal de première instance de Kasserine, un individu a été arrêté dans la soirée du 25 décembre, suspecté d’avoir intentionnellement mis le feu au journaliste Abderrazzak Zorgui, mort à Kasserine (ouest), une ville située dans une des régions les plus pauvres du pays.

Le suspect a été placé en garde à vue, en collaboration avec le juge d’instruction chargé de l’affaire, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur. Il est âgé de 18 ans et habite à la cité Karma, dans le gouvernorat de Kasserine.

Enquête toujours en cours

Lundi, à quelques jours des célébrations du huitième anniversaire du soulèvement ayant mis fin à la dictature, Aberrazak Zorgui, journaliste pigiste dans une chaîne privée locale, a partagé une vidéo sur les réseaux sociaux où il annonçait son immolation imminente.

Un geste qu’il a décrit comme un message adressé aux autorités dans le but de dénoncer les inégalités d’un pays englué dans le marasme économique, malgré les acquis démocratiques de la révolution de 2011.

« Pour les habitants de Kasserine qui n’ont pas de moyens de subsistance, aujourd’hui, je vais commencer une révolution », expliquait alors cet homme de 34 ans dans sa vidéo publiée 20 minutes avant de passer à l’acte.

Cependant, le caractère intentionnel de l’immolation est aujourd’hui remis en cause. Le porte-parole officiel du tribunal de première instance de Kasserine, Achref Youssfi, a d’abord annoncé dans la journée du 25 décembre qu’une enquête avait été ouverte pour homicide avec préméditation et non assistance à personne en danger.

Agitation sur les réseaux sociaux
Dès le lendemain, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les anomalies présentes sur la vidéo, dont celle du député de la coalition nationale, Sahbi Ben Fredj.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here