À quelque jours d’une élection présidentielle sera, sans doute, des plus ouvertes de l’histoire du pays, Macky Sall enchaine les inauguration. Pendant ce temps, l’opposition continuent de réclamer l’invalidation de sa candidature, comme relevé par VONEWS.

Au Sénégal, on ne compte plus le nombre de rubans découpés pae Macky Sall ces dernières semaines et à moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Parmi les musées, tronçons de routes et infrastructures portuaires récemment inaugurés par le président Sénégalais, le « Senegambia Bridge », ou pont de Farafenni, inauguré ce lundi 21 janvier en compagnie du chef de l’État gambien Adama Barrow mais également l’autoroute AIBD-Mbour-Thiès (55 km) à Mbour.

Cette dernière activité, combinée avec le lancement des travaux afférents à l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack a servit de prétexte le président de la République Macky de manifesté son intention de réaliser 50 km d’autoroutes par an.

En même et de l’autre coté du ring politique, une opposition très déterminée à faire face à ce qu’elle taxe de régime dictatorial du Président Macky Sall . Les leaders de l’opposition réunis au sein du collectif dit C25 l’ont fait savoir, avant-hier, lors d’une conférence de presse.

«Nous appelons à la mobilisation de tous les segments de la population, de tous les électeurs civils, militaires et paramilitaires, des élèves et étudiants, des syndicats de travailleurs, de la presse, pour empêcher le déroulement du plan de réélection frauduleuse de Macky Sall au premier tour», a laissé entendre Boubacar Camara porte-parole du jour.

Ainsi donc ça ne fait plus l’ombre d’un doute, l’écrémage électoral annoncé aura bien eu lieu.

Il suffit de constater les déclarations et appels à la confrontation de membres de l’opposition, d’une part, et les menaces de pontes du régime en place, d’autre part pour s’en rendre compte.

Dans cette escalade verbale, certains sont même allés jusqu’à faire appel à l’armée.

C’est dire la gravité de l’heure. Ainsi, à presque un mois, jour pour jour du premier tour de l’élection présidentielle, il urge de refroidir le climat afin de faire descendre la température politique dans notre pays, qui a toujours été vitrine démocratique du continent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here