Muhammadu Buhari a suspendu vendredi le président de la Cour suprême du Nigeria après une longue polémique sur son procès pour corruption.

« Le président Buhari suspend Walter Samuel Nkanu Onnoghen de son poste de plus haut magistrat du pays et nomme Ibrahim Tanko Muhammad », annonce Bashir Ahmad, l’un des porte-parole de la présidence, sur Twitter.

Selon M. Ahmad, le chef de l’Etat a nommé un président de la Cour suprême « par intérim », Ibrahim Tanko Muhammad.

Ce dernier est originaire du nord du pays tout comme le président Buhari. Selon son porte-parole, le chef de l’Etat a agi « sur ordre du Tribunal du code de conduite ».

Ce tribunal créé spécialement pour juger les questions éthiques planchait sur le sort de M. Onnoghen, à qui il est reproché de n’avoir pas déclaré plusieurs comptes bancaires en dollars, euros et livres sterling.

Cette affaire fait grand bruit au Nigeria, à moins d’un mois des élections générales.

L’opposition a accusé le gouvernement de vouloir se débarrasser du juge suprême alors que la Cour suprême est compétente pour régler les éventuels litiges liés au scrutin.

Selon la Constitution nigériane, le président ne peut renvoyer le plus haut magistrat qu’avec l’approbation des 2/3 du Sénat.

Dans ce cas, M. Onnoghen n’a pas été renvoyé, mais « suspendu » par Muhammadu Buhari, candidat à un deuxième mandat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here