Le ministre égyptien des Antiquités Khaled el-Enani a annoncé samedi 2 février la découverte de 40 momies vieilles de plus de 2000 ans dans des catacombes près de la ville d’Al-Minya, dans le centre de l’Egypte.

Des hommes, des femmes, des enfants, mais également des chiens. En tout, 40  momies ont été découvertes sur le site archéologique de Touna el-Gebel. Tous ont vécu sous la dynastie ptolémaïque, une période qui s’étend de 323 à 30 avant Jésus-Christ.

« On est donc à l’époque des Ptomélée, les Ptolémée étant des Grecs installés en Egypte pour gouverner cette province qui était devenue une province grecque. Ces sépultures ont peut-être un vrai intérêt, car elles peuvent montrer la mixité des pratiques cultuelles égyptiennes avec de l’influence des Grecs », avance Guillemette Andreu-Lanoë, archéologue et égyptologue.

Les momies ont été retrouvées à neuf mètres de profondeur, dans des catacombes. Elles étaient posées à même le sol. « Il s’agit manifestement de sépultures familiales d’une nécropole de famille. Et ce sont des caveaux qui contiennent un certain nombre de cercueils ou de sarcophages. On peut imaginer qu’au fur et à mesure que les gens mouraient, on les y déposait momifiés », poursuit Guillemette Andreu-Lanoë.

La momification consistait à retirer le cerveau et les viscères. Seul le cœur était préservé. On entourait ensuite le corps de bandelettes très serrées afin de permettre au défunt d’arriver dans le meilleur état possible dans l’au-delà.

Les momies, très bien conservées en partie grâce au climat sec, pourraient être transférées au Caire afin de réaliser des radiographies. Qui sont ces personnes ? Quelles sont leurs croyances ? Le mystère demeure. Mais les papyrus et les tessons de poterie retrouvés sur place pourraient apporter des réponses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here