Jean-Yves Le Drian a répondu aux questions de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Cette audition prend sa cause dans une d’un bombardement français,la semaine dernière, d’une colonne de rebelles tchadiens pour prêter main forte à Idriss Déby. Depuis, députes et sénateurs français interpellent le gouvernement sur le cadre juridique et le bien fondé de cette intervention.

Le député communiste Jean-Pierre Lecoq avait donné le ton lors de la séance de questions au gouvernement : « L’armée française est intervenue la semaine dernière au Tchad pour des raisons parfaitement contestables, réactivant les pires moments de la Françafrique. »

Quelques minutes plus tard, en commission des Affaires étrangères cette fois, c’est au tour de Clémentine Autain, députée de la France insoumise, d’attaquer frontalement Jean-Yves Le Drian : « Je terminerai juste sur le deux poids, deux mesures absolument édifiant, M. le ministre. Vous venez en aide à Idriss Déby, qui serait potentiellement victime d’un coup d’Etat et de l’autre côté vous soutenez un coup d’Etat contre Maduro », au Vénézuéla.

Le ministre se défend alors en expliquant que cette intervention s’est faite en conformité avec le droit international. « Il y a trois cas qui autorisent l’usage de la force : le consentement d’un Etat, l’autorisation du Conseil de sécurité sous chapitre VII et le troisième cas c’est la légitime défense. Et là nous sommes dans le cas du consentement d’un Etat, c’est-à-dire qu’il y a une demande écrite d’un chef d’Etat. C’est en fonction de ce même article que nous sommes intervenus sur le territoire du Mali en 2013. »

Et Jean-Yves Le Drian d’ajouter : « Cela ne nous empêche pas de demander au président Déby de faire en sorte de mettre en oeuvre les réformes nécessaires sur le plan politique et sur le plan économique. »

Le ministre assure que l’intervention française n’a pas fait de victime civile, sans pour autant en dire plus. Le gouvernement ne veut clairement pas s’étendre sur le sujet. La proposition de la France insoumise sur cette intervention a d’ailleurs été écartée.

avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here