Le président Omar el-Béchir a limogé le gouvernement ainsi que des instances dirigeant les provinces du pays et déclaré l’état d’urgence dans tout le Soudan, lors d’un discours à la nation, vendredi 22 février.

Depuis deux mois, le pays est en proie à des manifestations quasi quotidiennes. Déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, la contestation s’est vite transformée en un mouvement visant à réclamer le départ d’Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trente ans.

« J’annonce l’état d’urgence dans tout le pays pour un an », a-t-il dit, avant d’ajouter : « J’annonce la dissolution du gouvernement aux niveaux fédéral et provincial ».

Les organisateurs des manifestations antigouvernementales ont appelé à la poursuite du mouvement. «Nous appelons notre peuple à continuer les manifestations jusqu’à ce que l’objectif principal de ce soulèvement, qui est le départ du chef du régime, soit atteint», a indiqué dans un communiqué l’Association des professionnels soudanais (APS), fer de lance de la contestation.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here