La représentation de Thomas Sankara dévoilée en clôture du Fespaco sur le lieu du mémorial consacré au héros Burkinabè n’a pas du tout convaincu les ouagalais.

Cette statue restera sans doute célèbre dans l’histoire des plus gros « ratés » artistiques. Visage au traits grossiers, erreur sur le nom, l’œuvre d’art du sculpteur Burkinabè Jean-Luc Bambara ne cesse de déchaîner toutes sortes de réactions sur la Toile depuis 48 heures.

Colère, incompréhension, hilarité, les Burkinabè cherchent à trouver des responsabilités dans ce qu’il conviendrait de qualifier « d’attentat à la mémoire » de l’ancien président, devenu une icône nationale et internationale.

Les concepteurs de la statue ont expliqué dans la presse que celle-ci ne pouvait être réellement appréciée qu’à une distance de 200 mètres.

Les explications du sculpteur ont peu convaincu et déclenché d’hilarants 200 mètres challenge sur Facebook.

En plus du peu de ressemblance avec son modèle, le nom abrégé sur l’uniforme comporte une faute d’orthographe que n’ont pas manqué de relever les Burkinabè.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here