Trois morts, c’est le bilan des combats qui se sont déroulés mardi entre des miliciens Maï-Maï à Butembo, à l’est de la RDC, rapportent les sources militaires.

L’armée de RDC en deuil. Les FARDC ont perdu deux de leurs éléments ce mardi 5 mars à Butembo dans la province du Nord-Kivu à l’est.

Très tôt, ce matin, des éléments de la milice Maï-Maï ont fait irruption dans la ville. C’est ainsi qu’ils ont attaqué une position des FARDC.

Mais, bien que prise de cours par cette attaque-surprise, l’armée ne s’est pas laissée faire et a riposté. Les combats ont coûté la vie à deux militaires. Un assaillant a été neutralisé, ainsi que reconnaissent les autorités locales.

« On a attaqué une position de nos FARDC à la limite entre la ville de Butembo et le territoire de Beni. Il y a eu un Mai-Mai et deux éléments FARDC tués. Deux blessés ont été enregistrés aussi, dont un du côté des Mai-Mai et un autre du côté des FARDC », a confié à des médias locaux, Sylvain Kanyamanda, maire de Butembo. Version confirmée par le haut commandement militaire de Butembo dans un tweet.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Forces Armées de la RDCongo 🇨🇩@FARDC_

Le camp militaire de Kitakandya (quartier Kyaghala/Butembo) a été attaqué à l’aube par des Mai Mai. 1 assaillant a été tué et 2 FARDC sont tombés au champs d’honneur. 1 Maï Maï a été blessé ainsi qu’1 FARDC. Situation sous contrôle. La circulation reste bloquée par sécurité.

34 personnes parlent à ce sujet

Ce n’est pas la première attaque du genre perpétrée par les Maï-Maï contre les positions des FARDC dans la ville de Butembo. En octobre dernier, deux soldats ont perdu la vie du fait des combats contre le groupe armé.

Créée à la fin des années 1990 pendant la « Deuxième guerre du Congo » afin de résister aux troupes rwandaises qui appuyaient la rébellion du RCD contre le régime de Laurent Désiré Kabila, la milice Maï-Maï fait partie des groupes armés qui sèment la désolation à l’est du géant d’Afrique centrale.

Pendant la campagne électorale, le président Tshisekedi comme beaucoup d’autres candidats à la présidentielle du 30 décembre, avait promis de mettre fin à ces groupes armés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here