Le Kenya et la Somalie ont convenu “d’oeuvrer en faveur de la paix” afin de mettre un terme au différend qui les oppose autour d’une zone maritime disputée de l’océan Indien, a indiqué mercredi l’Ethiopie, qui est médiatrice pour ce différend.

Les présidents somalien Mohamed Abdullahi Mohamed et kényan Uhuru Kenyatta se sont rencontrés à Nairobi sous la médiation du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed. Le but était de trouver une solution à la récente crise qui a mené le Kenya à rappeler son ambassadeur en Somalie pour protester contre la décision de Mogadiscio de mettre aux enchères des gisements pétrolifères et gaziers dans une zone maritime disputée.

Les présidents kényan et somalien “se sont rencontrés ce matin pour discuter en détail de la source de la dispute entre les deux pays. Les deux parties ont convenu d’oeuvrer en faveur de la paix et de prendre des mesures pour régler les litiges qui ont mené à l’escalade”, ont indiqué dans un tweet les services du chef du gouvernement éthiopien.

Le 16 février, le Kenya avait annoncé le rappel de son ambassadeur pour “consultations urgentes” expliquant qu’il s’agissait de “la conséquence de la décision fort regrettable et choquante par le gouvernement de Somalie de mettre aux enchères des gisements de pétrole et de gaz situés dans la zone maritime kényane qui borde la Somalie”.

Selon le ministère kényan des Affaires étrangères, cette vente aux enchères a eu lieu le 7 février à Londres, où se tenait une conférence sur le pétrole et le gaz en Somalie.

Délibération de la CIJ

La Somalie a rejeté ces accusations, affirmant qu’elle n’entreprendrait “aucune action unilatérale concernant la zone disputée tant que la CIJ (Cour internationale de justice) n’aurait pas rendu son jugement”.

La CIJ, plus haute instance judiciaire des Nations unies, a commencé en septembre 2016 à La Haye à entendre les arguments des deux parties.

La Somalie et le Kenya se disputent un vaste secteur maritime de plus de 100.000 km2, au sein duquel Nairobi a déjà accordé trois permis d’exploitation pétrolière à la compagnie italienne Eni SpA qui sont contestés par Mogadiscio.

Selon la Somalie, située au nord-est du Kenya, la frontière maritime devrait s‘étirer en direction du sud-est, selon une ligne médiane entre les deux pays.

A l’opposé, Nairobi revendique pour délimitation une ligne droite partant de la frontière terrestre entre les deux pays vers l’Est.

avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here