Plus de 700 terroristes sont détenus dans des prisons de haute sécurité au Burkina Faso, a annoncé le ministre de la Communication Remis Fulgance Dandjinou. 

«Il y’a à ce jour 700 présumés terroristes détenus dans les prisons de haute sécurité », a indiqué M. Dandjinou dans un communiqué.

Le Burkina Faso, qui fait face depuis quatre ans à des attaques terroristes de plus en plus régulières et meurtrières, tant chez les civils que chez les éléments de sécurité, a initié des opérations de sécurisation du territoire national, des personnes et des biens.

En février, l’armérite avait annoncé avoir tué 146 terroristes, l’or d’une opération en riposte à une attaque qui avait fait 14 morts à Kain, localité du nord du pays.

A l’issue d’une enquête, le mouvement burkinabé des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) a accusé l’armée d’avoir exécuté sommairement au moins 60 civils parmi les 146 tués.

Réagissant à ce rapport du MBDHP, le porte-parole du gouvernement avait rappelé que « toutes les opérations de sécurisation du territoire sont menées en respectant le principe de la gradation de la force que sont successivement le simple contrôle, l’interpellation, l’arrestation et la neutralisation en cas de nécessité».

Le gouvernement « prend acte des allégations et rassure que des investigations sont en cours sur les faits présentés », a indiqué M. Dandjinou tout en « émettant des réserves sur les méthodes d’investigations des acteurs des mouvements de défense des droits humains ».

« En attendant les résultats des investigations de la justice militaire, la version des faits est celle communiquée par l’état-major général des armées », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here