C’est l’instant insolite de la campagne du président sud-africain: Cyril Ramaphosa s’est retrouvé coincé lundi pendant plusieurs heures dans un train de banlieue, à la suite d’un incident ferroviaire près de Pretoria, ce qui lui a donné l’occasion d’expérimenter la mauvaise qualité des transports publics.

Parti pour faire un trajet de quarante-cinq minutes, il a passé finalement quatre heures dans le train.

“Le niveau de frustration” parmi les passagers “est assez élevé”, a déclaré à la presse le président, qui a gardé son calme légendaire. “Je suis content d‘être venu. J’ai pu voir par moi-même la réalité des gens”, a-t-il ajouté, assis sur une banquette du train.

“Nous sommes très contents que le président ait fait l’expérience de la galère au quotidien de nos passagers”, a réagi un haut responsable de l’Agence sud-africaine des chemins de fer (Prasa), Sipho Sithole, expliquant que le train avait accusé un retard après l’attaque à coups de pierres du conducteur d’un autre train.

“Si nos trains ne sont pas à l’heure, c’est à cause des attaques continues perpétrées par des voyous contre nos infrastructures”, a-t-il ajouté à la chaîne de télévision sud-africaine eNCA.

Les Sud-Africains sont appelés à élire leurs députés le 8 mai. L’ANC, au pouvoir depuis la fin officielle du régime de l’apartheid en 1994, devrait conserver la majorité des sièges à l’assemblée nationale, selon plusieurs sondages, et Cyril Ramaphosa, qui tient son pouvoir des députés, devrait être réélu.

avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here