C’est affreux, odieux. Summum de la folie humaine. De voir des compatriotes qui massacrent leurs frères. C’est inacceptable. Encore une mauvaise image de l’Afrique.

Hier, tous les sites étrangers que j’ai parcourus ont rapporté cette tuerie à grande échelle, lâche, perpétrée contre plus de 100 personnes dans un village, au Mali. Nettoyage ethnico-religieux?

« Génocide » sur une partie de l’Afrique en cette époque moderne? Continent qui a déjà vécu des expériences douloureuses: génocide au Rwanada.

En Centrafrique, la crise interconfessionnelle (musulmans et chrétiens: 417 mosquées détruites/ total 436), qui a éclaté en 2013, a dévasté le pays: plusieurs morts des deux côtés, des populations persécutées. La Côte d’Ivoire aussi a connu des moments tragiques avant l’accession de Ouattara au pouvoir.

Ces évènements douloureux sur le continent doivent servir d’exemples aux Africains. Malheureusement, certains restent de « gros enfants »: les auteurs de cette bêtise humaine, dépourvus de raison: essence de l’être.

Honte aux auteurs de ces actes ignobles qui nient l’être humain. Pas de victimisation. C’est l’Africain qui a tué son frère africain. Ils refusent de grandir. Point. Le mal du continent, il est connu: l’Africain. Disons-le avec force et détermination, sans aucune once de maïs.

Et je trouve facile, lâche, sans fondement aucun, les propos qui visent à accabler la France dans le cadre de cette affaire. Ces mêmes personnes qui mettent sur le dos de la France laissent entendre: Où est la communauté internationale? Le General de Gaulle l’a qualifiée de « machin ».

Que les institutions africaines comme l’UA prennent les devants autour de cette affaire.

Compassion totale aux familles des victimes. Force et respect à ce peuple qui traverse des moments difficiles.

Pape Nouha Souané 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here