Au lendemain de sa démission de la présidence de l’Algérie, après vingt ans au pouvoir, Abdelaziz Bouteflika a adressé une lettre au peuple algérien, s’excusant notamment pour « toute négligence » qu’il aurait pu commettre durant ses quatre mandats à la tête du pays.

Ce résultat est le fruit de plusieurs semaines de contestations populaires dirigées notamment par des jeunes très déterminés à en finir avec la classe politique algérienne au pouvoir depuis longtemps. Cette démission du désormais ex président d’Algérie symbolise le vent nouveau qui souffle sur le continent africain.

Ce vent de renouveau s’est manifesté par le printemps Arabe, qui a entraîné la chute de plusieurs dictateurs, notamment le Tunisien Ben Ali, l’Egyptien Hosni Mubarak, pour ne citer que ces trois. De façon générale, on assiste de plus en plus à une certaine prise de conscience de la jeunesse africaine quant au rôle qu’elle doit jouer pour mettre le continent sur les rails du développement.

Il faut reconnaître que la classe politique africaine a failli dans sa mission de construire des nations de justice et de progrès. Et, si l’on ajoute à cela l’inexistence d’alternatives crédibles dans les oppositions, il faut bien convenir d’un affaissement général de la politique. Cette impasse amène les jeunes à tenir massivement un discours de défiance.

Parmi les mouvements de jeunes qui se sont le plus illustrés dans le reste du continent, il faut citer : Y’en a marre, au Sénégal ; Balai citoyen, au Burkina Faso ; Filimbi et Lucha, en République démocratique du Congo (RDC).

Militants de la société civile, actifs sur les réseaux sociaux, ils contestent le pouvoir établi, en mobilisant le rap et les graffiti ou en réactualisant des codes culturels traditionnels.

Il est nécessaire avant tout d’accompagner l’émergence, au sein de la jeunesse, d’un discours de type nouveau, avec d’autres méthodes et d’autres acteurs, qui vise la prise démocratique du pouvoir. Il est évident que désormais rien ne se fera dans le continent sans la jeunesse africaine.

Fallou Fall pour vonews.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here