Au lendemain de sa prise de fonction, le président par intérim Abdelkader Bensalah a annoncé mercredi 10 avril que l’élection présidentielle se tiendrait le 4 juillet 2019 en Algérie. Un scrutin auquel l’ancien président Abdelaziz Bouteflika ne participera pas pour la première fois en 20 ans.

Dans une allocution télévisée diffusée quelques heures après son intronisation par le Parlement, le chef de l’État s’était engagé à tenir des élections « libres » dans les 90 jours de sa période d’intérim.

Depuis l’annonce de sa prise de fonction pour assurer la transition après la démission du président Bouteflika, Abdelkader Bensalah cristallise en grande partie le mécontement populaire. De nouveaux rassemblements ont eu lieu mardi et mercredi à Alger et dans d’autres villes du pays, pour réclamer sa démission et le changement de « système ».

L’annonce de la date de l’élection présidentielle a entraîné de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Loin de calmer les esprits, elle a été vécue comme une provocation, renforçant les appels à se mobiliser pour le huitième vendredi consécutif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here