Le bras de fer engagé entre la rue et le régime soudanais continue à Khartoum. Après des mois de protestation, la mobilisation ne faiblit pas. Elle prend de l’ampleur selon plusieurs sources sur le terrain. Les manifestants exigent toujours la démission du président Omar el-Béchir.

Mardi, la pression s’est accrue sur le président soudanais. Des milliers de manifestants campent depuis des jours devant le QG de l’armée à Khartoum, bravant ainsi une interdiction de manifester imposée par l‘état d’urgence votée par le Parlement. Et la police semble se positionner du côté des manifestants, les protégeant par moment des assauts militaires.

Ce mouvement au départ contre la hausse du prix du pain s’est étendu au niveau politique reflètant ainsi le ras-le-bol des Soudanais face à un régime qui tient le pays d’une main de fer depuis 1989.

Jusqu‘à présent, le président Omar el-Béchir a refusé les demandes visant à mettre en place un gouvernement de transition. Selon les protestataires, la contestation pourrait s’installer dans la durée.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here