Le huitième vendredi de manifestations contre le pouvoir en Algérie a failli virer au drame. Le mouvement populaire, connu depuis des semaines pour sa mobilisation pacifique, a été terni par des violences qui ont opposé policiers et casseurs, vendredi 13 au soir. Il y a beaucoup de tension dans le pays où la rue réclame le départ de tous les responsables du « système ». Pour le moment, la situation est bloquée. Après la démission d’Abdelaziz Bouteflika, les autorités ne semblent pas disposées à accorder de nouvelles concessions aux manifestants.

Cela fait deux mois de mobilisation et le bras de fer entre le peuple et ses dirigeants se poursuit. A la tête du pays, se trouve désormais Abdelkader Bensalah. Le président par intérim s’y engagé solennellement. Le départ de son prédécesseur ouvre une période de transition et son objectif est celui de permettre à l’Algérie d’entrer dans une nouvelle ère.

Dialogue rompu

« Lors de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain, les Algériens voteront en toute liberté et démocratie », promet Abdelkader Bensalah.

Cependant, entre la rue et le sommet de l’Etat, le dialogue est rompu. Ce sont vingt ans de colère et la mobilisation citoyenne ne jure que par une seule chose, à savoir le pouvoir au peuple.

« Rien ne nous arrêtera »

Au centre d’Alger, une immense banderole a été déployée lors de ce huitième vendredi de mobilisation. « Rien ne nous arrêtera », peut-on lire.  Une détermination sans faille qui implique le rejet de tous les responsables, civils ou militaires qui incarnent le système. Ils sont considérés, par la rue, comme des traitres à la Nation. Mais en attendant, la situation reste bloquée.

« Nous sommes allés trop loin pour s’arrêter en si bon chemin » ont scandé les manifestants aux quatre coins de l’Algérie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here