Il devrait avoir lieu d’ici fin avril : le sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président russe Vladimir Poutine « est en préparation », a confirmé le Kremlin jeudi 18 avril.

Les deux dirigeants pourraient se rencontrer, selon la presse russe, à Vladivostok, principale ville russe d’Extrême-Orient. Il s’agira de la première rencontre entre MM. Poutine et Kim, et du premier déplacement officiel de ce dernier en Russie. Cela fait un moment que la Russie s’active auprès de Pyongyang pour l’organiser.

Il est évident que Moscou estime nécessaire d’être présent dans le dossier nord-coréen. Même si, officiellement, la Russie a salué les deux rencontres entre Kim Jong-un et Donald Trump, elle aimerait bien avoir son mot à dire dans les discussions sur l’arsenal nucléaire nord-coréen.

N’oublions pas que la Russie dispose d’une frontière avec la Corée du Nord, que Vladivostok se situe à moins de 200 kilomètres de cette frontière, et qu’enfin Vladimir Poutine veut replacer son pays au centre de la scène diplomatique internationale. Pas question pour lui de rester en marge de ce dossier.

Pour la Russie, le contexte est plutôt favorable en raison de l’échec, en février dernier, du sommet de Hanoï entre Donald Trump et Kim Jong-un. Le processus enclenché par le président américain est dans l’impasse. Moscou veut donc en profiter pour s’immiscer dans la discussion. D’ailleurs, les contacts entre Moscou et Pyongyang se sont multipliés ces dernières semaines.

Et ces derniers ont rencontré suffisamment de succès pour que le Kremlin annonce la tenue de ce sommet entre le dirigeant nord-coréen et le président russe d’ici à la fin du mois… sans donner plus de détails pour le moment, sans doute pour éviter l’humiliation d’une annulation de dernière minute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here