Après trois jours de scrutin, le dépouillement a commencé en Égypte. Les Égyptiens votaient lundi au dernier jour d’un référendum sur une révision de la Constitution visant à prolonger le mandat du président Al Sissi jusqu’en 2030, et à renforcer ses pouvoirs.

Si elle était votée, la révision permettrait de faire passer son deuxième mandat de quatre à six ans, portant son terme à 2024. Le président pourrait ensuite se représenter en 2024 pour un troisième mandat, ce qui le reconduirait au pouvoir jusqu’en 2030, alors que la Constitution actuelle limite la présidence à deux mandats consécutifs de quatre ans.

Élu en 2014 avec 96,9 % des voix, un an après avoir renversé avec l’armée le président islamiste Mohamed Morsi, Al Sissi a été réélu en 2018 à 97,08 %.

Les résultats devraient être connus au plus tard le 27 avril.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here