Ceux qui pensaient que Joseph Kabila allait disparaître de la scène politique et perdre son « pouvoir » se sont lourdement trompés. Trois mois après l’investiture de Félix Tshisekedi, la République démocratique du Congo n’a toujours pas de Premier ministre. Et pour cause, l’ancien président Joseph Kabila et l’actuel chef d’Etat ne se sont pas encore mis d’accord sur le choix de la personne. 
Autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC), Joseph Kabila dirige cette coalition qui a remporté le 11 mars dernier la quasi-totalité des présidences des assemblées provinciales, posant ainsi la question de la marge de manœuvre de l’action de Félix Tshisekedi et de son gouvernement dans les provinces. Kabila, fort de la majorité de sa coalition à l’Assemblée nationale et au Sénat, revendique le droit de proposer le nom qui sera finalement choisi par le président congolais.
D’ailleurs, les deux hommes politiques se sont rencontrés lundi dernier pour évoquer ensemble la désignation du prochain Premier ministre.
En plus de cette mainmise sur la nomination du Premier ministre, Joseph Kabila a installé l’une de ses proches à la tête de l’hémicycle. Jeanine Mabunda Lioko a été élue, sans surprise, présidente de l’Assemblée nationale, mercredi 24 avril. Elle était la seule candidate. 
Pour le moment, Félix Tshisekedi a l’air d’un président sans pouvoir du fait de la puissance Kabila. 

Fallou Fall pour vonews.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here