La justice en République démocratique du Congo perd les traces de deux témoins importants dans le meurtre des experts de l’ONU, tués dans le pays en 2017. Deux des principaux suspects dans cette affaire se sont, en effet, fait la malle de la prison de Kananga, dans le Kasaï central, où ils étaient incarcérés.

“Mon client Évariste Ilunga Lumu et un autre co-prévenu Tshiaba Kanowa se sont évadés cette nuit. C’est le parquet militaire qui m’a informé tôt ce matin”, a confirmé à l’AFP Me Trésor Kabangu, avocat du prévenu Ilunga Lumu.

L‘évasion est intervenue aux premières heures de ce mardi 7 mai, dans la foulée d’une rafale de tirs entendue dans le quartier où est située la prison de Kananga dans la province du Kasaï central. Une atmosphère tendue qui s’est davantage alourdie avec la défiance des prisonniers. Disséminés dans la cour de la prison, ces derniers menacent de s’attaquer à quiconque osera entrer, a ajouté un correspondant local de l’AFP.

Risque de stagnation

Évariste Ilunga Lumu et Tshiaba Kanowa font partie des principaux suspects dans l’assassinat de la Suédoise d’origine chilienne Zaida Catalan et l’Américain Michael Sharp, deux experts de l’ONU, tués le 12 mars 2017 au Kasaï où ils enquêtaient sur des fosses communes dans le cadre d’un conflit armé.

Le procès ouvert à l’effet en juin de la même année, a été chevauché de nombreuses contradictions qui ont retardé son avancée. À ce jour, le procès reste au stade d’instruction tandis qu’une quinzaine de personnes sont poursuivies. La prochaine audience était fixée au 16 mai.

Et il est clair que l‘évasion des deux suspects – dont l’un (Ilunga Lumu) avait reconnu devant le tribunal avoir participé au meurtre des experts onusiens – plombera le cours du procès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here