Cité en exemple parmi les pays les plus démocratiques en Afrique, il y a quelques mois seulement, le Bénin commence à perdre cette réputation sur le plan international. L’actuel président Patrice Talon, 61 ans, est désigné comme le seul et l’unique responsable. Et pour cause, il a initié le processus électoral qui a engendré l’exclusion de l’opposition durant les dernières élections législatives du 28 avril.

Seuls l’Union progressiste et le Bloc républicain, les deux partis proches du pouvoir qui s’affrontaient lors des législatives du 28 avril, totalisent respectivement 47 et 36 sièges, sur les 83 à pourvoir. L’accès à Internet a été restreint le jour du scrutin, ce que les groupes de défense des droits de l’homme et les organisations de la société civile ont fermement condamné.

Le pays a connu le plus bas taux de participation lors de ces joutes électorales. La Cour constitutionnelle a annoncé un taux de participation de 27,1 %. Soit un chiffre plus élevé que les 23 % précédemment évoqués par la Commission électorale dans les résultats préliminaires.

Pourtant, les deux anciens chefs de l’État, Boni Yayi (2006-2016) et Nicephore Soglo (1991-1996), avaient appelé le président Patrice Talon à annuler ce scrutin, qu’ils qualifient de « coup d’État électoral ». Mais leur successeur est resté sourd à leur demande.

Après la proclamation des résultats, des centaines d’opposants béninois sont redescendus dans les rues de Cotonou, où ils ont érigé des barricades enflammées pour défier les forces de l’ordre. Bilan de l’affrontement : deux morts. La police et l’armée ont donné l’assaut à deux reprises contre la résidence de l’ancien chef de l’État à Cotonou, qui selon ses partisans, n’arrive plus à sortir de chez lui depuis l’éclatement des manifestations.

Tout cela n’honore pas le Bénin et l’Afrique. Le président Patrice Talon gagnerait à privilégier le dialogue et la concertation avec l’opposition surtout sur les questions électorales qui sont souvent sources de tensions ou de chaos dans beaucoup de pays africains.

Fallou Fall pour vonews.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here