Mounir Ben Salha, avocat de Zine el Abidine Ben Ali, avait laissé planer le suspense mardi soir en annonçant que l’ex-président s’adresserait aux Tunisiens. Plutôt qu’une intervention orale, il s’est finalement contenté de publier le lendemain sur sa page Facebook une lettre attribuée à l’exilé de Riyad.

Par cette missive adressée aux Tunisiens, Zine el Abidine Ben Ali souhaitait mettre fin aux rumeurs concernant son état de santé, qui semblent avoir « blessé » son entourage. Dans des photos mises en ligne la semaine dernière par le nouvel époux de sa fille Nesrine, le rappeur k2rhym, l’ex-président apparaissait amaigri.

Certains ont imputé ce changement physique aux effets d’interventions de chirurgie esthétique, d’autres à une maladie qui rongerait l’ancien raïs. Des rumeurs que l’hôte des Saoud, plusieurs fois donné pour mort, a régulièrement démenties – mais toujours via ses avocats, et jamais directement, comme dans la publication de ce mercredi.

L’ombre de Ben Ali dans le débat politique
Condamné par contumace à plus de cent ans d’emprisonnement dans différentes affaires de droits de l’homme et de corruption, Zine el Abidine Ben Ali, dont la Tunisie réclame l’extradition depuis 2012, ne s’est jamais prononcé sur les affaires tunisiennes. Il déroge cette fois-ci à sa réserve, exprimant son refus d’être l’objet de « récupération politique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here