Tunis a de nouveau contesté jeudi l’immunité de l’expert de l’ONU Moncef Kartas, chargé d’enquêter sur les trafics d’armes vers la Libye et détenu depuis 50 jours en Tunisie où il est accusé d’espionnage.

M. Kartas, un Allemand ayant également la nationalité tunisienne, « ne dispose pas d’immunité, il est entré en Tunisie avec son passeport tunisien, et ne s’y trouvait pas dans le cadre de ses fonctions au sein de l’ONU », a assuré à l’AFP le porte-parole du parquet antiterroriste Sofiene Sliti.

L’ONU, qui martèle que M. Kartas était en mission, a demandé mercredi à Tunis « d’abandonner les accusations » d’espionnage portées contre son expert, arrêté à son arrivée à l’aéroport de Tunis le 26 mars.

Il « doit être libéré immédiatement », a affirmé le porte-parole du secrétaire général des Nations unies, Stéphane Dujarric.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here