C’est un véritable rebondissement dans l’affaire du diamant trouvé récemment chez le député Lambert Mende Omalanga. Le joyau avait beau briller, il avait tout d’une autre chose qu’un diamant.

Et c’est l’accablante conclusion du procès-verbal rendu public le 22 mai par le Centre d’expertise, d‘évaluation et de certification (CEEC) des substances minières précieuses et semi-précieuses.

Pourtant, ce problème a déjà fait des dégâts. Pas des moindres. Accusé d’exploitation et vente illégales de diamant, Lambert Mende a été interpellé dimanche dernier de manière « brutale » et « au mépris de son immunité parlementaire » par la police.

Bien qu’ayant condamné la manière, le vice-Premier ministre en charge de la sécurité Basile Olongo avait affirmé que l’ancien porte-parole (2008-2018) du régime de l’ex président Joseph Kabila encourait une peine allant de 10 à 20 ans de prison avec une amende allant de 250.000 à 500.000 dollars américains, pour « détention illégale de diamant artisanal ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here