L’ancien président du Botswana Ian Khama a publiquement déclaré la guerre samedi à son successeur Mokgweetsi Masisi en claquant la porte de leur parti et en annonçant vouloir “tout faire” pour obtenir sa défaite lors des élections d’octobre.

“Je suis là pour corriger l’erreur que j’ai faite en choisissant le président Mokgweetsi Masisi comme successeur”, a déclaré M. Khama devant des milliers de partisans réunis dans son fief de Serowe, dans le centre du pays.

“Je suis ici aujourd’hui pour vous dire que je quitte le BDP (Parti démocratique du Botswana, au pouvoir), je rend ma carte de membre du BDP”, a-t-il poursuivi en joignant le geste à la parole.

“Je vais désormais aider les parties d’opposition à combattre le BDP”, a insisté Ian Khama.

Ian Khama a quitté ses fonctions en avril 2018 pour respecter la Constitution qui limite à dix ans le règne des présidents. Il a alors passé le relais à son vice-président Mokgweetsi Masisi.

Leurs relations se sont depuis publiquement dégradées, le second prenant systématiquement le contrepied du premier sur des questions emblématiques comme l’environnement.

Le président Masisi a ainsi suscité la colère de nombreux défenseurs de la faune cette semaine en annonçant la suspension de l’interdiction de la chasse aux éléphants, instaurée en 2014 par son prédécesseur Khama.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here