Au Nigeria, plusieurs personnes dont quelque 25 soldats ont péri samedi dans une attaque de militants islamistes au nord-est du pays. C’est la deuxième opération du genre en une semaine.

Des sources sécuritaires sous couvert d’anonymat sont formelles et reconnaissent les faits. L’armée nigériane a perdu près de 25 éléments lors d’une attaque intervenue samedi dans de l‘État de Borno au nord-est du Nigeria.

D’après ces sources, le drame s’est produit lors d’une embuscade tendue par des islamistes alors que l’armée escortait des civils évacués d’un village, victimes d’attaques de Boko Haram.

« Ils ont pris en embuscade et encerclé les véhicules des soldats et des civils et ont ouvert le feu sur eux », a déclaré un jeune, faisant partie d’un groupe d’autodéfense qui se bat aux côtés de l’armée contre les insurgés.

C’est la deuxième attaque après celle revendiquée mercredi 22 mai par Boko Haram. Elle avait a fait deux jours plus tôt, près de 20 morts dans les rangs de l’armée nigériane.

Si en raison de moult efforts déployés par l’armée, Boko Haram et son rival l’État islamique en Afrique de l’Ouest sont dans une phase d’extinction, les insurgés ont déjà tué depuis 2009, plus de 30 000 personnes et déplacé des millions d’autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here