Plus de 8 millions de morts chaque année. Accidents cardiovasculaires, maladies respiratoires, cancer du poumon, des bronches…. En 2019, le tabac tue toujours autant. À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac ce vendredi, l’OMS met en garde les fumeurs, mais aussi les vapoteurs : la cigarette électronique n’est pas une solution pour arrêter de fumer. Ça pourrait même être le début du problème.

Il est temps de défumer. Le néologisme ne vient pas d’une campagne de prévention contre les méfaits du tabac, mais bien de Philipp Morris. Le cigarettier a lancé ce slogan pour vanter les mérites de ses produits de vapotage.

Un manque de respect total à l’égard de ceux qui vont mourir du tabac, dit le docteur Vinayak Prasad. Il dirige le département des maladies non transmissibles à l’OMS : « La cigarette électronique pourrait être moins dangereuse que le tabac. Mais on ne sait pas vraiment à quel point elle est moins nocive. Je compare ça à une chute. Au lieu de tomber du 7e étage avec la cigarette normale, vous tombez du 3e étage avec la cigarette électronique. La question c’est est-ce que vous allez survivre pour autant ? Ce que dit l’OMS c’est : ne laissez pas les non-fumeurs acheter ces produits. Protégez vos enfants. Parce que la cigarette électronique va créer une dépendance à la nicotine. Et les cigarettiers pourront alors leur proposer de nouveaux produits. »

Une récente étude scientifique vient confirmer les doutes de l’OMS. Selon des chercheurs de l’université de Stanford, aux États-Unis, les arômes contenus dans les cigarettes électroniques augmenteraient le risque de maladies cardiovasculaires. L’OMS appelle les gouvernements à considérer les produits de vapotage au même titre que le tabac. Et à les taxer au même niveau.

avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here