C’est une mesure qui vient à son heure. L’Union africaine (UA) a suspendu le Soudan jeudi 6 juin, avec effet immédiat. L’organisation réclame « l’établissement effectif d’une autorité civile de transition ». « Ceci étant le seul moyen de permettre au Soudan de sortir de la crise actuelle », a annoncé le Conseil de paix et de sécurité de l’UA (PSC).
Cette décision fait suite à la répression contre le mouvement de contestation qui a fait au moins 108 morts et 500 blessés, selon un bilan communiqué jeudi par le Comité des médecins soudanais.
Le message envoyé au Conseil militaire de transition (CMT) est très claire : l’armée ne doit pas profiter de la situation instable du pays pour se maintenir au pouvoir. Si le CMT reste sourd à l’appel de l’organisation africaine, les autorités de l’UA doivent prendre des sanctions à l’encontre des putschistes : interdiction de voyager et gel des avoirs dans tous les États membres de l’organisation panafricaine.
Le message doit être compris une bonne fois pour toute et par toutes les armées du continent africain : le régime militaire issu d’un coup d’Etat ne passe plus.
Le Conseil militaire à la tête du Soudan depuis la chute du président Omar el-Béchir a décidé d’en finir avec le sit-in, à Khartoum, des milliers de manifestants qui réclament le transfert du pouvoir aux civils. Après avoir demandé le soutien des soldats pour renverser celui qui était au pouvoir depuis près de trois décennies, les protestataires campaient depuis le 6 avril devant le siège de l’armée, situé au cœur de la capitale.

Fallou Fall pour vonews.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here