A la Une : le président de la CAF Ahmad Ahmad interpellé puis libéré en France, libération de 100 opposants au Cameroun, l’Union africaine (UA) suspend le Soudan, le match retour de la finale de la Ligue des Champions Afrique sera rejoué, le Cameroun sûr de jouer la CAN.

1. En France, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad a été interpellé puis libéré ce jeudi par la police française. Le Malgache a été arrêté à Paris pour être entendu par les services de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLIF). Il était présent dans la capitale française pour assister au congrès de la Fifa, l’instance mondiale du football.

2. Cent militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), parti de l’opposant Maurice Kamto, ont été libérés après leur interpellation le 1er juin pendant des manifestations. Au total, 351 partisans du MRC avaient été arrêtés au cours d’une manifestation qui s‘était déroulée dans plusieurs villes du pays, dont Yaoundé et Nkongsamba (Ouest), selon le parti. Cependant, d’autres militants restent en détention.

3. L’Union africaine (UA) a suspendu le Soudan jeudi 6 juin, avec effet immédiat. L’organisation réclame l’établissement effectif d’une autorité civile de transition. « Ceci étant le seul moyen de permettre au pays de sortir de la crise actuelle », a annoncé le Conseil de paix et de sécurité de l’UA (PSC).

4. La Confédération africaine (CAF) a décidé mercredi que la finale retour de la Ligue des champions entre l’Espérance de Tunis et le Wydad Casablanca, qui a sacré les Tunisiens dans la confusion vendredi, sera rejouée hors de la Tunisie après la Coupe d’Afrique des nations (21 juin-19 juillet). Vendredi 31 mai à Radès, le club marocain a décidé de quitter la pelouse pendant le match après un litige concernant l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) qui ne fonctionnait pas.

5. Le Tribunal arbitral du sport (TAS), saisi par la Fédération de football des Comores (FFC) qui espérait disputer la Coupe d’Afrique des nations 2019, a jugé mardi 4 juin ses appels « irrecevables ». La FFC avait saisi le TAS, qui siège à Lausanne, afin d’être réintégrée à la CAN-2019, qui se dispute en Égypte du 21 juin au 19 juillet. Les Comoriens estimaient que la Confédération africaine de football (CAF) n’avait pas appliqué son règlement en ne sanctionnant pas le Cameroun, incapable d’assurer l’organisation de l’épreuve.

Fallou Fall pour http://vonews.net/

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here