Un document qui circule sur les réseaux sociaux fait grand bruit en RDC. Attribué à la présidence de la République, il concernerait le processus de passation de marché et le montant de la construction d’un palais présidentiel.

Cette supposée correspondance aurait été signée le 13 juin par Désiré-Cashmir Kolongele Eberande, directeur adjoint de cabinet de Félix Tshisekedi.

D’après le document, il aurait sollicité auprès de la direction générale du contrôle des marchés publics, l’autorisation spéciale de recourir à la procédure d’entente directe en vue de la construction et la réhabilitation des bâtiments abritant la résidence et les bureaux du président de la République à la cité de l’Union africaine et au Palais de la nation.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Sonia Rolley

@soniarolley

: le pp @Presidence_RDC @mwema_y dément l’authenticité des 2 courriers attribués au cabinet sur réseaux sociaux + médias, relatifs à d’importantes dépenses publiques. Le projet de réhabilitation Palais est bien sur la table mais c’est la lettre qui est contestée

29 personnes parlent à ce sujet

Toujours selon le document, le marché devrait être accordé à la société Democratic Congo High Tech Construction Company, une entreprise qui n’a qu’environ un mois d’existence, selon le site du Guichet unique de création d’entreprise (GUCE). Et les travaux coûteraient 180 millions d’euros.

Sonia Rolley

@soniarolley

: ce qui avait inquiété la société civile, c’est que DCHTC citée dans la (deuxième) lettre sur les travaux au palais de la nation s’était enregistrée le 31 mai avec un capital de 23 000 dollars détenu par un seul associé https://guichetunique.cd/news-activites/ 

57 personnes parlent à ce sujet

« C’est un torchon »

Ce document est un faux, rétorque le directeur adjoint de cabinet de Félix Tshisekedi. « C’est un torchon. C’est fait par des gens qui souhaitent nous salir », affirme-t-il.

Au niveau de la présidence de la République, on confirme cependant l’existence du projet de construction d’un palais présidentiel. Depuis 2013, cette ligne apparaît dans le budget de l’État sans jamais être décaissée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here