La semaine dernière, Beyoncé présentait son nouvel album qui accompagne la sortie, vendredi, d’un remake du Roi Lion, intitulé « The Lion King: The Gift ». Pour ce nouveau cru de 14 titres dont quatre chansons solo, la reine de la pop américaine avait annoncé des collaborations avec de nombreux artistes et producteurs africains.

« Il était important que la musique soit interprétée non seulement par les artistes les plus intéressants et les plus talentueux, mais également par les meilleurs producteurs africains. Le cœur et l’authenticité étaient importants pour moi », avait déclaré la chanteuse, faisant notamment l’impasse sur l’identité des artistes africains qui l’ont accompagnée.

L’Afrobeat en puissance
Le voile vient d‘être levé. Sur l’album, on retrouve notamment les pop stars nigérianes Tiwa Savage et Mr Eazi qui ont posé leur voix sur le titre Keys to the Kingdom. Mr Eazi sera également au côté de ses compatriotes Tekno et Yemi Alade dans la chanson Don’t Jealous Me. Autre artiste nigérian, Burna Boy, a lui, son petit moment d’intimité dans la chanson Ja Ara E. Invité sur le projet, le producteur et artiste camerounais Salatiel partagera la piste avec Beyoncé et Pharell William sur le titre Water. Wizkid du Nigeria, Shatta Wale du Ghana ou encore les Sud-Africains Busiswa et Moonchild Sanely sont par ailleurs invités.

Ce projet vient, une nouvelle fois, souligner à souhait la puissance de l’industrie musicale nigériane représentée avec pas moins de six artistes que les neuf africains sollicités. Signe de cette hégémonie, en mai dernier, la chanteuse Tiwa Savage a signé un contrat exclusif avec le ténor de la production musicale mondiale Universal. Elle était la première personnalité de l’industrie africaine du disque à décrocher un tel deal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here