En plus du virus Ebola, les citoyens de la ville de Goma dans l’est de la République démocratique du Congo sont confrontés à l’insécurité.

Au moins deux personnes ont été tuées par des bandits mardi soir, à la suite d’un enlèvement qui a mal tourné. Ces derniers prenaient part à une cérémonie funèbre d’une des victimes de la fièvre hémorragique. Un acte qui a soulevé la colère des centaines de personnes qui ont manifesté mercredi matin.

“Nous marchons parce que nous croyons que nous sommes négligés. Des gens meurent, il n’y a toujours pas de solution. Nous avons assigné un poste de police, mais nous nous demandons si c’est pour assurer la sécurité des gens ou quoi ? “, s’interroge un organisateur de l‘événement.

“Pourquoi des gens meurent alors qu’il y a un poste de police ? Nous ne voulons plus de ces gens-là. Ils ne font rien pour nous”, a déclaré Jonathan Mumbere, un manifestant et habitant du quartier.

Selon la presse locale, tout a commencé par l’enlèvement de deux personnes qui a mal tourné mardi soir dans le quartier de Buhene au nord de la ville.

“L’une des victimes a résisté et refusé d‘être emmenée en brousse. L’homme été tué par balle sur-le-champ. Une autre personne se trouvant à côté, voulant savoir de quoi il s’agit, a été aussi assassinée”, a quant à lui indiqué à la presse le commissaire provincial par intérim du Nord-Kivu, Van Kasongo.

L’insécurité est un problème récurrent à Goma, avec parfois des actes de barbarie, notamment des enlèvements et tortures d’enfants contre rançons.

Dimanche, un premier cas d’Ebola a été diagnostiqué dans le chef-lieu du Nord-Kivu, suscitant l’inquiétude et les appels au calme des autorités dans cette ville d’un à deux millions d’habitants.

Le patient est décédé lors de son transfert vers Butembo, l‘épicentre de l‘épidémie à 230 km au nord de Goma.

Dès lundi, “37 contacts à haut risque et 40 contacts de contacts du cas confirmé de Goma ont été vaccinés”, a indiqué le ministère de la Santé dans son bulletin quotidien mercredi.

“Au total, 97 contacts au sens large ont déjà été listés à ce jour. La vaccination se poursuivra jusqu‘à ce que tous les contacts identifiés aient été vaccinés”, affirme l’autorité sanitaire.

avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here