Le procès de l’ex-président soudanais destitué s’ouvrira finalement le 18 août, selon son avocat. La première audience était initalement prévue pour mercredi, mais Omar el-Béchir n’a pas comparu pour des raisons de sécurité d’après sa défense.

Le parquet accuse Omar el-Béchir de possession de devises étrangères et d’avoir acquis des richesses de façon suspecte et illégale. Fin avril, le chef du Conseil militaire de transition, le général Abdel Fattah al-Burhan avait affirmé que l’équivalent de plus de 113 millions de dollars avaient été saisis en liquide dans la résidence de l’ancien président à Khartoum.

Mais selon Ahmed Ibrahim al-Tahir, chef de l’équipe de défense de l’ex-président soudanais, l’accusation concerne uniquement une somme de 7 millions d’euros, une donation d’un pays ami du Soudan, dit-il. Les avocats assurent également que ce procès est une affaire exclusivement pénale, sans aucun fond politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here