La session extraordinaire de l’Assemblée nationale s’est ouverte lundi 19 août à Kinshasa. Elle a été convoquée dans la perspective de l’investiture du premier gouvernement de Félix Tshisékédi, dont la composition revue lui a été remise par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Mais il faudra d’abord valider les mandats des députés.

Au lieu de 500 députés attendus, l’hémicycle du palais du Peuple a reçu un nombre supérieur de personnes se réclamant membres de l’Assemblée nationale. Et chacune affirmait détenir la décision de la Cour constitutionnelle, bien que certaines d’entre elles ne figurent pas sur la liste définitive transmise au bureau de l’Assemblée pour la validation des mandats.

Pour le député FCC Henri-Thomas Lokondo, la Cour constitutionnelle s’est discréditée en organisant une chambre spéciale de correction des erreurs matérielles.

« La Cour s’est complètement démonétisée,dénonce le parlementaire. La Cour n’a aucune valeur, sincèrement. À travers les décisions qui ont été prises, la Cour s’est fourvoyée. Compte tenu également de l’opinion nationale et internationale, si j’étais à leur place, sincèrement, je déconnecterais, je démissionnerais. »

On devrait donc s’attendre à une grande confusion lors de la validation des mandats de députés, ceux qui devront effectivement participer aux débats sur l’investiture du gouvernement. Cette équipe, selon le Premier ministre, pourra être prête dans deux ou trois jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here