Des sénateurs libériens se sont alarmés mardi de la montée des violences politiques dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, dressant un parallèle avec celles qui avaient fini par plonger le Liberia dans une guerre civile particulièrement atroce de 1989 à 2003.

Samedi, des partisans du président libérien, l’ex-star du football George Weah, ont encerclé un bâtiment où Tellia Urey, candidate de l’opposition à une élection législative partielle, tenait une réunion, dans la banlieue de la capitale Monrovia.

Pendant plus d’une heure, ils ont jeté des projectiles sur le bâtiment, brisé des fenêtres et détruit son véhicule. L’un des assaillants a essayé de donner un coup de couteau à Mme Urey, a-t-elle expliqué lundi, dénonçant une tentative d’assassinat.

Les autorités ont qualifié lundi ces violences d’“épouvantables” et promis des sanctions sévères.

Lors d’un débat au Sénat mardi, la plupart des élus ont exprimé leur consternation, 16 ans après la fin d’une guerre civile qui a fait quelque 250.000 morts et des centaines de milliers de déplacés dans un pays qui comptait alors moins de 4 millions d’habitants, a constaté un correspondant de l’AFP.

“Ce pays va mal et il faut que cela cesse. Souvenons-nous de notre histoire. La guerre qui a débuté en 1989 faisait suite aux violences qui ont suivi les élections de 1985”, a souligné le sénateur d’opposition Conmany Wesseh, proche de l’ancienne présidente Ellen Johnson Sirleaf (2006-2018).

Opposition croissante
“Les gens n‘étaient pas contents et petit à petit ils ont décidé de résoudre leurs problèmes par la violence. Puis la police et l’armée ont été perçues comme les forces du régime et d’autres ont décidé de prendre en main leur propre sécurité”, a raconté le sénateur, avant de s’interroger: “Va-t-on rester assis et laisser les choses se reproduire?”.

“Nous avons pris part au précédent conflit en raison de la mauvaise gouvernance. Et quand vous critiquez le régime actuel, ils vous traitent de tous les noms”, a dénoncé un autre sénateur, le prédicateur et ancien chef de guerre Prince Johnson, qui avait soutenu George Weah lors du second tour de la présidentielle de décembre 2017.

Ni Ellen Johnson Sirleaf, lauréate du prix Nobel de la paix en 2011, ni son successeur George Weah n’ont fait juger les auteurs de crimes commis pendant cette période. Un très grand nombre de personnalités directement impliquées occupent toujours des positions importantes dans les sphères du pouvoir politique et économique au Liberia.

L’un des principaux acteurs du conflit, l’ex-chef de guerre devenu président (1997-2003), Charles Taylor, a été condamné en 2012 pour des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine, mais n’a pas été inquiété pour les atrocités commises dans son propre pays.

Elu sur un programme de lutte contre la pauvreté, George Weah est confronté depuis plusieurs mois à une opposition croissante en raison de la dégradation alarmante de la situation économique.

Avec Afp

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here