Le G7 s’ouvre ce samedi 24 août à Biarritz dans le sud-ouest de la France. En attendant, des milliers d’opposants à ce rendez-vous sont déjà rassemblés à Hendaye pour un contre-G7. 4 000 militants ont pris leurs quartiers dans un immense campement.

Ce sont des profils assez différents. Le campement regroupe des personnes allant de l’anarchiste de 23 ans à la féministe qui a déjà fait plusieurs sommets anti-G7, en passant par des « gilets jaunes » ou encore des jeunes qui se définissent eux-mêmes comme faisant partie du mouvement proclimat.

Mais tous s’entendent sur une chose : ce sommet du G7, c’est la vieille école et eux entendent bien faire entendre leur voix, malgré quelques différences de point de vue çà et là.

Ce contre-G7 justement est organisé sur deux sites. Il y a d’abord le campement, là où sont réunis et là où dorment ces milliers d’activistes. Puis il y a aussi là où se déroulent les ateliers et les congrès. Cela se passe à Irun, du côté espagnol de la frontière.

Au programme de ce dernier jour de réflexion, il sera bien sûr question d’environnement avec notamment une conférence sur la forêt amazonienne qui est en feu, mais aussi sur les océans, ou encore sur l’égalité homme-femme à travers le monde. Il s’agit de thématiques assez diverses, mais elles semblent motiver et engendrer ici beaucoup de débats parmi les différentes personnes présentes.

Puis à la fin de la journée, une liste de propositions sera écrite et diffusée en espérant que les dirigeants qui se réuniront dès samedi à Biarritz en entendent, en voient ou en lisent quelques extraits.

Ces trois jours de réflexion seront également ponctué par des actions miltantes. Il y a aura dès samedi, une marche pacifiste organisée à Hendaye dans la matinée, à 30 km au sud de Biarritz.

Puis, plusieurs activistes ont admis qu’ils comptaient bien se rapprocher au maximum de Biarritz dans l’après-midi. La station balnéaire est pourtant sanctuarisé depuis quelques jours, mais ils veulent faire entendre leurs voix malgré le dispositif policier. Certains veulent se rapprocher au maximum et c’est là où peut-être que certains affrontements pourraient avoir lieu.

À travers un communiqué, l’ONG accuse les chefs d’État du sommet de favoriser les inégalités dans leurs propres pays et à travers le monde. L’organisation a même décliné un déjeuner que le président Emanuel Macron organise vendredi avec un certain nombre d’ONG internationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here