Les vols ont été suspendus samedi dans le seul aéroport de la capitale libyenne peu après le tir d’une roquette au moment de l’arrivée de deux avions, frôlant une fois de plus la catastrophe, selon sa direction.

“Les vols sont suspendus jusqu‘à nouvel ordre à cause d’un tir de roquette”, a indiqué la direction de l’aéroport de Mitiga dans un communiqué diffusé sur Facebook.

Cet aéroport est situé à quelques kilomètres à l’est de la capitale, dans la zone contrôlée par le Gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli.

Il est fréquemment visé par des tirs des forces du maréchal Haftar, homme fort de l’Est libyen, qui cherchent à s’emparer de la capitale, et accusent le GNA, reconnu par l’ONU, d’utiliser cet aéroport “à des fins militaires”.

Selon le communiqué, une roquette est tombée au moment de l’atterrissage de deux avions de compagnies libyennes : un vol en provenance d’Istanbul et un autre de Médine, en Arabie saoudite, qui ramenait des pèlerins de La Mecque.

Soupçons sur le camp Haftar accusé
Des images diffusées sur Facebook par les forces pro-GNA montrent le trottoir du parking de l’aéroport et des voitures y étant garées endommagés par l’impact de la roquette.

La direction de l’aéroport n’a pas dit qui était à l’origine du tir mais les forces pro-GNA ont accusé le camp du maréchal Haftar d’en être responsable.

Mitiga est le seul aéroport fonctionnel de la capitale libyenne depuis la fermeture en 2014 de l’aéroport international de Tripoli, gravement endommagé par des combats.

Il a été fermé une dizaine de fois cet été en raison de tirs de roquettes. Un gardien avait été tué et des agents de sécurité blessés le 15 août dans des tirs.

La mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul) s’est inquiétée début août de la “fréquence croissante” de ces attaques ayant failli toucher des avions civils à maintes reprises.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here