Les députés de la République démocratique du Congo ont investi vendredi sans surprise le premier gouvernement de coalition du nouveau président Félix Tshisekedi et de son prédécesseur Joseph Kabila, un vote boycotté par l’opposition.

Le programme de l‘équipe dirigée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a été adopté par 375 voix et quatre abstentions, sur 500 députés au total.

Dévoilée le 26 août, sept mois après l’investiture de M. Tshisekedi, le gouvernement compte 66 membres, en plus du Premier ministre.

Majoritaires à l’Assemblée, les partisans de M. Kabila le sont aussi dans cette équipe pléthorique, où ils occupent des postes-clés (Défense, Mines, Finances…).

Les 3/4 des ministres n’ont aucune expérience gouvernementale dans cette équipe qui compte 83 % d’hommes et 17 % de femmes.

La délégation de l’Union européenne en RDC a salué “la nomination du gouvernement” par le chef de l’Etat, et félicité “le Premier Ministre et les membres du gouvernement” pour leur investiture.

Dans un communiqué, l’UE en RDC et les ambassades des Etats membres se déclarent “résolument engagées pour accompagner la mise en œuvre des réformes en faveur de la stabilité, de l’Etat de droit, de la démocratie et du respect des droits humains”.

L’UE cite également “un climat des affaires rassurant, l’égalité des chances notamment entre les femmes et les hommes, l’accès aux services sociaux de base, et le respect des engagements internationaux, notamment dans le cadre de la lutte contre le changement climatique”.

“Notre programme est réaliste (…), fruit d’un diagnostic sans complaisance”, en vue de “l’amélioration du vécu quotidien du peuple congolais”, a déclaré le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba en réponse aux questions des députés.

Boycott de l’opposition
Le gouvernement fera de la “pacification” du pays son cheval de bataille et agira de “manière implacable contre ceux qui ont fait du massacre des Congolais leur fond de commerce”, a-t-il insisté, en référence aux violences dans l’Est du pays.

Dans un communiqué, les députés d’opposition ont indiqué avoir boycotté la séance pour protester contre les “irrégularités” constatées, selon eux, dans la répartition du temps de parole.

“Maintenant que le gouvernement est investi, on va le juger sur pièce, on va voir comment il va travailler. Nous allons être aux aguets pour que nous puissions rigoureusement exercer notre fonction de contrôle”, a déclaré à l’AFP le député de la majorité Henri-Thomas Lokondo.

“Nous exercerons ce contrôle en tenant compte des attentes de la population”, a ajouté son collègue Juvenal Munubo, un allié du chef de l’Etat.

A l’issue de la séance, la présidente de l’Assemblée Jeanine Mabunda a déclaré la fin des travaux de la session extraordinaire ouverte le 19 août 2019 à l’Assemblée nationale.

M. Ilunga Ilunkamba est à la tête d’un gouvernement de coalition entre les forces politiques de Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de l‘élection présidentielle du 30 décembre, et de son prédécesseur, Joseph Kabila, qui a gardé la majorité au Parlement et dans les 26 provinces de la RDC.

Ce résultat des élections du 30 décembre est contesté par l’autre candidat à la présidentielle, Martin Fayulu.

“C’est Kabila qui continue, c’est un affront au peuple congolais”, a déclaré M. Fayulu à propos de ce gouvernement.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here