L’accord de paix tarde à être finalisé au Soudan du Sud. Mais des acteurs de la crise affichent leur optimisme.

L’armée populaire de libération et l’opposition sont déterminées à appuyer le processus de paix dans le pays.

L’accord qui prévoyait la formation d’un gouvernement d’union nationale au plus tard en mai dernier a été repoussé en raison des désaccords.

Et dans le site d’Aswa à Juba, les goupes rivaux se disent prêt à apporter leur contribution.

“Nous sommes ici pour rassembler ce pays……….il n’y a pas d’organisme qui puisse nous aider à mettre en œuvre cette paix à moins que nous n’assumions une responsabilité. Oui, il y a beaucoup de critiques et de soupçons dans les pays de l’IGAD et dans la communauté internationale, mais il est de la responsabilité des Sud-Soudanais de corriger le fait que nous sommes ici pour rassembler un pays – nous avons appris une expérience et nous ne pouvons pas retourner à la racine d’où nous venons – ce fut une expérience douloureuse comme je le disais auparavant – personne ne peut construire votre maison – c’est vous qui pouvez en faire un endroit meilleur” a declaré le Général Okeny George Lam.

Le général Okeny a en outre exhorté les partenaires extérieurs à continuer d’appuyer la mise en œuvre de l’accord, car la date limite pour la formation d’un gouvernement de transition approche.

“Nous espérons que le gouvernement d’union nationale, le 12 novembre prochain, sera formés pour que nous soyons un et que nous n’ayons pas toutes ces lacunes de l’insécurité. Mais encore une fois, nous disons que nous ne pouvons pas profiter de cette occasion pour dire que le nouveau gouvernement n’est pas encore formé et que de mauvaises choses devraient arriver, non” a ajouté le Général.

Selon Okeny, les forces d’opposition ont pleinement accepté l’accord de paix et sont prêtes pour le processus d’intégration afin que le gouvernement d’unité soit formé à temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here