Au Zimbabwe, la Haute cour de justice a demandé jeudi à la police d’autoriser les manifestations de médecins contre la disparition d’un leader de leur syndicat.

Tout a commencé ce jeudi matin à Harare, la capitale zimbabwéenne. Des médecins se dirigeaient vers le State House (palais présidentiel). Ils entendaient faire entendre leur mécontentement à Emmerson Mnangagwa au sujet de la disparition de Peter Magombeyi, président du syndicat des médecins hospitaliers (ZHDA) du Zimbabwe.

Malheureusement, la police leur a barré la route. Un geste qui n’a pas été du goût de la justice zimbabwéenne. Lors d’une audience dirigée par son président le magistrat Clement Phiri, la Haute cour de justice du Zimabwe a demandé ce jeudi à la police d’autoriser les médecins à poursuivre leurs manifestations.

Pour sa part, le porte-parole de la police Paul Nyathi s’est abstenu de commenter dans l’immédiat cette décision de justice.

Depuis près d’une semaine, les médecins zimbabwéens veulent des informations sur ce qui s’est passé pour que Peter Magombeyi manque jusqu’ici à l’appel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here