Au moins trois soldats et quatre civils ont été tués dans des attaques attribuées à des combattants jihadistes dans le nord-est du Nigeria, ont affirmé samedi des habitants et des miliciens.

Vendredi soir, des combattants soupçonnés d’appartenir au groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) ont attaqué un poste militaire dans la ville de Gajiganna, à une cinquantaine de km de la capitale de l’Etat du Borno, Maiduguri.

“Les hommes armés ont tué deux soldats et un civil durant l’affrontement et ont emporté un véhicule militaire”, a déclaré un milicien engagé aux côtés de l’armée contre les jihadistes, Babakura Kolo.

Ils étaient arrivés vers 18 h 00 (17 h 00 GMT) à bord de trois véhicules équipées de mitrailleuses et ont ouvert le feu sur les soldats qui ont riposté, selon un habitant de Gajiganna s’exprimant sous couvert d’anonymat.

“Deux soldats ont été tués. Un habitant a aussi été tué”, a-t-il confirmé.
Plus tôt vendredi, des insurgés avaient déjà attaqué des positions militaires à Tungushe, un village situé à 12 km, tuant un soldat et trois habitants.

“Trois civils et un soldat ont été tués dans l’attaque de Tungushe”, a affirmé le milicien Babakura Kolo, précisant que les assaillants s‘étaient là aussi emparé d’un pick-up de l’armée.

Selon Umara Kyari, un habitant de Tungushe, les trois habitants ont été enterrés samedi matin tandis que le corps du soldat a été rapatrié sur Maiduguri.

Gajiganna et Tungushe ont été attaqués à maintes reprises par les jihadistes de Boko Haram et d’Iswap.

Ces attaques surviennent au lendemain de violents combats entre la force régionale de lutte contre les jihadistes et Iswap aux bords de Monguno (Etat du Borno), qui ont entraîné la mort de deux soldats tchadiens et “plusieurs “ insurgés, selon des sources concordantes.

Le conflit a fait 35.000 morts et environ deux millions de déplacés en 10 ans dans le nord-est. Les violences se sont propagées aux pays voisins, le Niger, le Tchad et le Cameroun, d’où la création d’une force militaire régionale pour combattre les insurgés.

Avec africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here