“Le recours à la violence ne peut permettre d’atteindre des objectifs politiques. Il reste essentiel que les forces de sécurité fassent un usage proportionné de la force dans l’exercice de leurs fonctions”, a affirmé Catherine Ray, porte-parole du Service extérieur de l’Union européenne, dans une déclaration publiée sur le site de l’UE au sujet de la situation dans l’Ouest du Cameroun.
Des forces de sécurité y ont été déployées en nombre par Yaoundé il y a plusieurs semaines pour contrecarrer les attaques de séparatistes présumés contre les symboles de l’Etat. Vingt-deux policiers et soldats ont été tués depuis le début de la crise, selon un décompte de l’AFP établi sur la base des déclarations officielles.
“De nouveaux actes de violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun ont causé la mort d’au moins trois membres des forces de sécurité et de plusieurs civils. De tels actes ne sauraient être acceptés et ne peuvent rester impunis, de même que tout excès de violence à l’encontre de civils”, a indiqué Mme Ray.
Les régions du nord-ouest et du sud-ouest, frontalières du Nigeria regroupent les habitants anglophones, soit 20% de la population camerounaise. Elles sont secouées depuis plus d’un an par une profonde crise socio-politique, qui s’est peu à peu muée en conflit armé de basse intensité.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here