L’Union africaine et l’Organisation des Nations unies disent être inquiets de la crise politique en Guinée-Bissau. Moussa Faki et Antonio Guterres dénoncent entre autres mesures celles qui ont été récemment prises par les autorités bissau-guinéennes.

Selon Bbcafrique, il s’agit de mesures qui visent à empêcher le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) de convoquer et de tenir son congrès.

Le président de la Commission de l’UA et le secrétaire général de l’ONU ont dénoncé dans un communiqué conjoint les mesures prises par ceux qui, selon eux, cherchent à « entraver » et à « empêcher une résolution de la crise ».

Ils appellent toutes les autorités concernées à garantir les droits de l’homme et à assurer le respect du droit humanitaire.

L’ONU et l’UA appellent aussi le gouvernement bissau-guinéen à lever immédiatement toutes les restrictions au droit de réunion pacifique, à la participation politique et à la liberté d’expression.

Les deux dirigeants ont par ailleurs réitéré, dans leur communiqué, leur soutien à l’Accord de Conakry qui, entre autres, prévoit la nomination d’un Premier ministre consensuel, ce qui a été fait depuis le 30 janvier avec le choix d’Artur Da Silva pour ce poste.

Baye Bacar NDAO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here