Les douanes nigérianes ont annoncé mardi avoir saisi à Lagos quatre containers contenant des médicaments importés illégalement d’Inde, dont du tramadol, puissant antalgique réputé populaire auprès des combattants des groupes jihadistes comme Boko Haram.
Selon le responsable des douanes au port de Lagos, Jubrin Musa, les médicaments n‘étaient pas certifiés par l’Agence nationale pour l’administration et le contrôle des aliments et des médicaments (NAFDAC), car ils dépassaient les quantités limites requises.

“Le tramadol n’est pas interdit commercialement mais il est contrôlé et réglementé”, a-t-il déclaré à l’AFP, précisant qu’un suspect avait été arrêté. “Lorsque vous importez des milligrammes au-delà de la limite de contrôle, vous violez la loi.”

Le tramadol est notoirement consommé par les combattants du groupe Boko Haram depuis le début de leur insurrection dans le nord-est du pays il y a neuf ans.
En décembre, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) avait sonné l’alarme sur l’“utilisation non-médicale” de cet opioïde en Afrique de l’Ouest, notamment par les jihadistes.

L’augmentation de la consommation et du trafic de tramadol dans la région est “réelle, préoccupante, et on doit y répondre dans les plus brefs délais”, avait prévenu l’agence onusienne.

avec AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here