L’opposant historique et militant des droits de l’homme, Saïd Sadi a annoncé son retrait de la vie publique, lors du congrès, ce week-end, du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RDC).

« N’étant pas congressiste et n’étant plus, depuis ce matin, militant, je ne vais pas m’exprimer en tant que fondateur du parti comme cela a été suggéré. On ne fonde pas un parti pour se l’approprier », a déclaré Saïd Sadi, ancien leader du RCD, annonçant par là-même sa décision de quitter définitivement la vie politique à l’âge de 71 ans. Il a aussi affirmé qu’il souhaitait contribuer sur d’autres plans : « Je serai engagé dans d’autres registres et sur d’autres terrains, mais je partagerai toujours avec vous nos postulats éthiques et j’honorerai comme au premier jour nos professions de foi. »
Déjà, en mars 2012, lors d’un précédent congrès du parti, Saïd Sadi avait annoncé qu’il ne se représenterait pas au poste de président, poste qu’il occupe depuis sa création. Il avait alors expliqué son choix par la nécessité d’un renouveau générationnel. Son départ serait une manière de « laisser la place aux jeunes », arguait-il alors.

avec jeuneafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here