Le Bénin a lancé jeudi 11 janvier à Cotonou le projet de transition agro-écologique en zones cotonnières du pays.

Il s’agit spécifiquement de soutenir une transition écologiquement et socialement durable des systèmes de cultures à base de coton, à travers l’expérimentation de deux campagnes agricoles de pratiques agro-écologiques adaptées aux spécificités du terroir cyclique, selon le directeur du cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Bonaventure Kouakannou, cité par l’agence Xinhua.

Cette personnalité qui a présidé la cérémonie de lancement a expliqué que ce projet aborderait, entre autres, la gestion de la motorisation, l’élaboration d’un manuel de procédure et les dispositifs expérimentaux.

Subventionné par l’Agence française pour le développement (AFD), le projet de transition agro-écologique des zones cotonnières du Bénin vise en premier lieu l’amélioration des conditions de vie des exploitants agricoles dans les zones cotonnières et l’augmentation du rendement de la production cotonnière face aux changements climatiques.

Selon une récente étude réalisée par le ministère béninois de l’Agriculture, de l’Elevage et de la pêche, le coton représente 40% des entrées de devises, 12 à 13% du produit intérieur brut, 60% du tissu industriel national et assure un revenu à plus d’un tiers de la population au Bénin.

Depuis plusieurs années, la tendance des cours de la fibre de coton est régulièrement baissière, mettant en danger la rentabilité de la filière et diminuant le revenu des producteurs, indique la même étude.

Elle ajoute que d’autres handicaps internes de plus en plus persistants ont engendré une chute drastique de la production. Il s’agit notamment de la baisse de la fertilité des sols, des aléas climatiques, des problèmes phytosanitaires, de la faible valorisation des intrants et de l’insuffisance de l’encadrement technique des producteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here