En République centrafricaine (RCA), l’un des chefs d’autodéfense de Bangassou, Kevin Béré-Béré, s’est rendu, ce dimanche 21 janvier, à la Minusca. Il a été entendu par la police onusienne qui l’a placé en garde à vue.

C’est l’un des responsables du massacre de Bangassou, en mai dernier, qui est venu demander la protection de la Minusca.

Originaire du Mbomou, Kevin Béré-Béré avait activement participé aux attaques qui avaient coûté la vie à une centaine de musulmans, réfugiés dans leur mosquée, ainsi qu’à une dizaine de casques bleus cambodgiens et marocains.

C’était lui également, associé à d’autres leaders d’autodéfense, qui avait mené des raids à Pombolo et Kembé, en octobre dernier, qui avaient causé la mort de dizaines de civils.

Menaçant de manière permanente la communauté musulmane de Bangassou qui avait trouvé refuge à l’évêché, c’est par la terreur qu’il contrôlait la ville avec d’autres chefs d’autodéfense. Mais depuis plusieurs mois, une guerre interne faisait rage pour le contrôle total de ce territoire. Depuis fin décembre, ils n’étaient plus que deux à gérer la ville après les décès, arrestations ou fuites des autres leaders.

En l’occurrence, Pino Pino, son dernier rival, s’est associé, le 13 janvier dernier, avec Larmassoul, un nouveau général autoproclamé qui a juré d’avoir la tête de Béré-Béré. Ce dernier a même écrit une lettre à la Minusca, il y a quelques jours, en expliquant craindre pour sa vie mais a fini par se rendre aux autorités onusiennes. Il devrait être rapidement transféré à Bangui.

 avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here