Des survivants de la Shoah ont demandé vendredi 26 janvier au gouvernement israélien de renoncer au récent programme qui contraint près de 40.000 immigrés africains en situation irrégulière à quitter le pays volontairement ou être placés en détention pour une durée indéterminée.
« Nous, savons parfaitement ce que c’est que d’être réfugiés, sans domicile et sans protection, et nous ne pouvons pas concevoir qu’un gouvernement juif puisse envoyer des réfugiés et des demandeurs d’asile sur un chemin de souffrance et de mort ».
C’est le texte signé par 36 Israéliens rescapés de la Shoah et publié par le quotidien Haaretz, à la veille de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste.
Parmi les signataires l’ancienne député travailliste Colette Avital. «Nous sommes nous-même un peu de réfugiés. Notre devoir à nous qui avons subi la souffrance de l’expulsion et à qui on a refusé le refuge par le passé, est d’éviter la souffrance d’autrui… », a t-elle confié à RFI.
En tout ce sont des dizaines de milliers d’Israéliens qui demandent au premier ministre Netanyahu de renoncer au programme d’expulsion des immigrés africains en situation irrégulière. Certains se déclarent même prêts à cacher chez eux les réfugiés, prenant exemple sur la période de la Shoah en Europe.
Benyamin Netanyahu a annoncé qu’environ 38.000 immigrés clandestins, principalement des Érythréens et des Soudanais, devront quitter Israël avec un pécule de 3.500 dollars d’ici la fin du mois de mars, sous peine d’être arrêtés et détenus jusqu’à ce qu’ils acceptent de partir.

rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here