Benyamin Netanyahu souhaite autoriser l’immigration de 1000 Ethiopiens de plus en Israël. Des membres de la communauté falashmora, descendants de juifs éthiopiens convertis de force au christianisme au XIXème siècle. Une décision qui « n’était pas simple » à prendre, assure le Premier ministre israélien, car l’immigration de ces Falashmoras ne fait pas l’unanimité dans le pays.

Ce sont aujourd’hui environ 140 000 juifs d’origine éthiopienne qui vivent en Israël. Et en 2015, le gouvernement avait adopté un plan prévoyant de faire venir 9 000 personnes de plus. Mais ce projet avait été adopté sans qu’un budget spécifique pour sa mise en place ne soit débloqué. Et depuis trois ans, il a été maintes fois repoussé.

Depuis 2015, seuls 1 300 Falashmoras ont pu immigrer en Israël. 1 000 autres devraient donc pouvoir leur emboîter le pas. Mais uniquement des hommes et des femmes qui ont des enfants déjà présents dans le pays. Une décision qui va dans le bon sens, relève l’ONG « Lutte pour l’alya des juifs éthiopiens ». Mais elle prévient pour autant : « Nous sommes loin d’être satisfaits ».

L’organisation relève que le gouvernement refuse de mettre en place son propre plan et que ce sont actuellement près de 8 000 juifs qui attendent en Ethiopie de pouvoir venir en Israël. « Il est évident que si nous parlions de juifs à la peau blanche, ils seraient en train d’embarquer dans un avion aujourd’hui même », dénonce-t-elle dans un communiqué.

Des accusations dont se défend Benyamin Netanyahu : les juifs éthiopiens sont « une communauté précieuse, partie intégrante de notre peuple et de notre Etat », a-t-il assuré.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here