À l’occasion du XVIIe sommet de la Francophonie qui a lieu les 11 et 12 octobre à Erevan, en Arménie, les journalistes Marc Perelman de France 24 et Christophe Boisbouvier de RFI, ont interviewé le président rwandais Paul Kagame.

Au cours de cet entretien, celui qui est également président de l’Union africaine a souligné sa volonté d’améliorer les relations entre son pays et la France.

« J’espère qu’on fera des progrès (…), que nos relations diplomatiques seront renforcées demain. Les nouvelles époques vont apporter de nouvelles choses. Aujourd’hui, c’est le président Macron qui est en face de nous, et il a un esprit ouvert (…) Nous pouvons faire des progrès », a insisté Paul Kagame.

« Le président Macron a apporté une certaine fraîcheur dans l’arène politique, pas seulement en France, mais également en Afrique et dans le reste du monde », a-t-il par ailleurs jugé.

Les relations entre les deux pays sont extrêmement tendues depuis le génocide de 1994, le Rwanda accusant la France d’avoir formé des forces génocidaires et exfiltré des extrémistes. Mais elles se sont améliorées ces derniers mois, après le soutien appuyé de Paris à une candidature rwandaise pour diriger l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en la personne de la ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo. Un soutien largement interprété comme un geste de bonne volonté à l’égard de Kigali. « Avec Louise Mushikiwabo à la tête de la francophonie, nous allons améliorer la situation de la francophonie au Rwanda », a commenté Paul Kagame.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here